Une fille africaine – Illustration Pixabay

En Afrique, plus précisément au Soudan du sud, les parents de cette jeune fille a lancé un appel aux enchères pour leur fille destinée au mariage sur le réseau social Facebook. N’ayant que 17 ans, la jeune mineure  a été échangée contre un lot de biens matériels:  un bateau, 500 vaches, deux voitures de luxe, deux vélos, quelques téléphones portables et 10 000 dollars.

L’homme qui a décroché le prix est un gouverneur-adjoint d’un province du pays. C’est l’homme qui a séduit les parents avec toute sa richesse, un homme trois fois l’âge de la jeune fille. Avec cette fille de 17 ans, l’homme compte neuf femmes jusqu’à maintenant.

Organisations de protection des mineurs indignées

Indignées par ces faits, les organisations de protection des mineurs exposent le problème du Soudan du Sud. Samuel Norgah de Plan International s’exprime sur cette pratique:
« Traditionnellement, les familles font savoir qu’elles ont une fille mineure à marier, ce qui est en soi illégal, mais le fait de mettre une fille aux enchères est non seulement illégal, mais c’est une violation du droit des enfants ».

Il a ajouté que  « C’est une pratique qui est peut être limitée à une tribu ou à une région, mais le problème du mariage de jeunes filles de moins de 18 ans est un réel problème dans le pays ».

En plus de cela, Samuel Norgah affirme que les jeunes filles victimes de cette pratique sont réduites à une simple marchandise.

Plan International qui est une organisation de défense des droits des enfants et de l’égalité homme-femme affirme que le nombre de jeunes filles mariées avant 18 ans représente la moitié des jeunes filles au Soudan du Sud. Et tout cela malgré toute interdiction de cette pratique. Cette organisation est inquiète sur la possibilité d’éradication de ce phénomène alors que même des hauts fonctionnaires d’États soudanais y trouvent leur bonheur.