Des membres du Kmf/Cnoe à Ambilobe, lors d’une animation à la radio “Feon’ny Mahavavy” – Photo by Kmf/Cnoe

L’élection législative du 27 mai dernier, mais aussi la campagne électorale avant cette date a été marquée par des irrégularités qu’on ne saurait cacher, selon différents observateurs électoraux.

Le Kmf/Cnoe a bien confirmé ces constats, hier à Antanimena à l’occasion d’un point de presse consacré à une exposition préliminaire de leur observation des législatives.

Ainsi, le Kmf/Cnoe a mis en exergue l’absence de neutralité de l’Administration. Les exemples ne manquent pas pour illustrer cela. Le plus parlant a été le fait pour des candidats “d’avoir profité certains programmes du régime pour faire campagne”.

Mais si l’on se réfère à ce que le chef de l’État a affirmé lors du jour J du scrutin, tous les candidats peuvent s’afficher avec le Président – ceux issus de l’IRD ou bien d’autres formations politiques. Et si tous le peuvent, cela ne constitue probablement pas une partialité du régime.

D’autres illégalités

Aussi, le Kmf/Cnoe n’hésite pas à appuyer ses affirmations quant à l’irrégularité – certains parlent même d’illégalité – des législatives. A Mahanoro par exemple, à l’occasion de la distribution du “vary mora”, une affiche d’un candidat a été vue sur le camion qui transportait la marchandise.

Par ailleurs, le Kmf/Cnoe signale la mauvaise organisation des élections par la CENI. Selon ce comité, le problème des listes électorales persiste : Befandriana Nord et Toamasina I ont par exemple bénéficié de trois dates différentes de clôture de ces listes. Ailleurs, certains électeurs ont été déplacés sur des listes dans d’autres fokontany. A Sambava, des citoyens ont pu voter même sans CIN. Et d’autres existent encore.

Du “non-respect de la neutralité de l’Administration” et tout un tas d’irrégularités que l’observatoire Kmf/Cnoe dénonce.

Améliorer les prochaines élections

Cependant, voulant participer à l’amélioration des prochaines élections, le Kmf/Cnoe propose des recommandations.

Cet observatoire réclame ainsi et surtout la neutralité de l’Administration. Les lois devraient être appliquées, en l’occurrence, celles sur les élections et la campagne électorale.

Le Kmf/Cnoe appelle alors le Premier Ministre à prendre des mesures nécessaires à l’égard “des agents de l’État qui ont favorisé des candidats” au cours de la campagne électorale.

Enfin et non des moindres, l’éducation citoyenne, politique et électorale doit être renforcée par les différents acteurs, surtout les partis politiques.