Capture d’écran du site web actuel du Bianco

Une bonne initiative dans la lutte contre la corruption dans la Grande île. En effet, le Bianco lancera demain une plateforme de doléances en ligne.

La cérémonie de lancement se déroulera à l’Hôtel Carlton à 8h 30 sous le parrainage du Premier ministre Ntsay Christian.

Baptisé “i-Toroka”, le site web permettra aux citoyens “d’échanger avec les investigateurs du Bianco” et surtout “de dénoncer des faits de corruption” avec un anonymat absolu pour le dénonciateur.

Notons que le lancement de cette plateforme en ligne entre dans le cadre de l’objectif “tolérance zéro en matière de corruption” de la politique générale de l’État. Il s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre de la SNLCC ou Stratégie Nationale de la Lutte contre la Corruption.

L’intérêt d’un tel système

Un système de doléances en ligne présente un atout non négligeable dans une lutte effective contre la corruption. L’anonymat que conserve la plateforme est un élément primordial et protecteur tant pour le dénonciateur que pour les investigateurs.

Avec sa mise en place sur Internet, “i-Toroka” élimine le temps consacré et le trajet parcouru jusqu’au bureau anti-corruption pour les dénonciations avec déplacement en personne.

Toutefois, les risques ne sont pas inexistants pour un site web de ce genre tels le piratage informatique. Mais, l’appui financier d’un partenaire international comme le GIZ devrait éliminer ce risque comme l’acquisition d’un système de protection solide.

Enfin, espérons des résultats tangibles de cette plateforme, d’autant plus que les citoyens peuvent alors n’importe où envoyer leurs doléances.