En novembre le 7e jour du mois, l’élection présidentielle de Madagascar va se dérouler selon les dates établies. Pour cela, les candidats en lice ont déjà commencé à séduire la population avec leurs programmes de développement de la Grande île. Au nombre de 36, les candidats s’activent pour la présentation de ces programmes. Ainsi, pourquoi ne pas récapituler un peu ce qu’ils veulent réaliser ? Nous allons donc présenter dans cette les programmes des candidats pour la présidentielle à Madagascar cette année.

Programmes de chacun des candidats

Dans les pages où liens ci-dessous pointent, nous allons résumer les grandes lignes des programmes des candidats. Certes, on ne les abordera pas en détails mais nous aurons des aperçus de ce que présentent les candidats à la présidentielle de Novembre 2018. Voici donc les liens des programmes des candidats selon leur ordre d’emplacement dans le bulletin unique, leurs programmes, et leurs « vina ».

Entre programmes et réalisation

En gros, les candidats ont plus ou moins les mêmes programmes à quelques différences près. La plupart des candidats ont une priorité sur l’investissement dans le capital humain. Ils ont raison. Nous sommes vraiment nombreux à Madagascar et il faut bien mettre en avant et exploiter ce grand potentiel.

Puis pour certains candidats, leur programme repose sur la communauté de base : le « Fokonolona ».

Il y a aussi :

– La bonne gestion des ressources naturelles : bois précieux, métaux précieux, gaz, etc.

– Réforme dans la gouvernance et le pouvoir : décentralisation du pouvoir, autonomie des régions.

– Valorisation des jeunes, la création d’emplois, promotion de l’éducation.

– Valorisation des femmes.

Autres éléments de projet :

– Suppression du poste de Premier Ministre.

– l’augmentation du cours de l’Ariary.

Bien sûr, même si les programmes se ressemblent, les cerveaux qui les ont concoctés sont différents avec des idées, des significations différentes d’une même phrase et une façon de procédé différente.

Il y a aussi la question des priorités qui diffèrent. Les 36 candidats pourront avoir comme programme la lutte contre la corruption. Cependant, l’ordre des priorités varie selon le candidat. Et puisqu’on parle de lutte contre la corruption, vaut mieux choisir un candidat qui peut vraiment la réaliser dès son accession au pouvoir sans que lui-même ne tombe là-dedans.

Donc, si un candidat a comme priorité la lutte contre la corruption, la ferra-t-il au début, à la fin de son mandat ou jamais ?

Il y a aussi la question de « En combien de temps on peut développer le pays si on prend un programme des candidats par exemple ? » La réponse peut différer selon chacun. Il y a ceux qui estiment qu’en 24heures, on peut résoudre le problème du pouvoir d’achat des Malagasy. Pour certains, ils estiment développer le pays avec leur plan en moins de 5 ans, en 12 ans, etc. Il y a ceux qui ne se prononcent pas sur cette durée. Mais pour l’heure, dans quelques mois ou dans un an, qu’est ce qui importe pour le pays ?