Suite aux attaques suicides perpétrées dans des églises et des hôtels de luxe au Sri Lanka, le bilan s’alourdit. On compte, ce mardi, 310 morts et 40 personnes interpellées.

Dimanche dernier, dimanche de Pâques, le Sri Lanka a été frappé par des attentats meurtriers dans différents points de l’île. Des hôtels de luxe ainsi que des églises en pleine célébration de la messe pascale ont été la cible d’attaques à la bombe.

Selon le porte-parole de la police, Ruwan Gunasekera, ces attentats sont attribués au NTJ ou National Thowheeth Jama’ath, un mouvement islamiste local.

Par ailleurs, alors que le précédent bilan faisait état de 290 morts, le bilan actuel s’élève à 310 morts et environ 500 blessés, selon la police locale. Dans la foulée, la police a également procédé à l’arrestation de 40 personnes jusqu’à maintenant.

Trois minutes de silence

Ce mardi, le Sri Lanka a rendu hommage aux centaines de victimes des kamikazes ayant sévi dimanche dernier. Le pays a observé trois minutes de silence et la journée est décrétée comme jour de deuil national par le gouvernement local.

En ce sens, les drapeaux sont en berne, les magasins qui vendent de l’alcool fermés et les radios et télévisions doivent prendre des mesures adaptées concernant leur programmation musicale.

Enfin, plusieurs fidèles de l’église Saint-Antoine de Colombo ont prié en silence avec des bougies à la main. Il s’agit de l’église où la première attaque avait eu lieu. Plus tard, la foule sri-lankaise a également prié, mais cette fois-ci, toute à voix haute.

Crédit photo : AFP