Voiture de police vers le lieu de l'attentat

Ce vendredi, jour sombre pour la Nouvelle-Zélande. Dans la ville de Christchurch, des attentats dans deux mosquées ont fait 40 morts. D’après la police locale, quatre personnes ont pu être arrêtées.

La Nouvelle-Zélande est sous le choc ce vendredi. Deux mosquées accueillant de nombreux fidèles ont été les cibles de fusillades mortelles. Selon le bilan fourni par Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise, 40 personnes ont péri dans les attentats.

Quatre personnes arrêtées

Après les attaques, la police locale a arrêté quatre personnes, une femme et trois hommes, selon le New Zealand Herald. Du côté des fidèles ayant assistés aux fusillades, l’un d’entre eux a affirmé avoir vu un homme avec un casque et vêtu d’une veste militaire. Selon ce témoin, l’arme utilisée était une arme automatique.

Par ailleurs, le Premier ministre australien, Scott Morrison, a reconnu l’un des assaillants. Il a indiqué que l’individu, âgé de 28 ans, était l’un de ses compatriotes. Ce chef de gouvernement a décrit l’homme comme “un terroriste extrémiste de droite et violent”.

Terrorisme ou pas

Le commissaire Mike Bush a affirmé que ces attentats étaient une situation “sans précédent” en Nouvelle-Zélande. Toutefois, il a refusé de qualifier les assaillants de “terroriste”, sûrement pour rassurer la population locale.

Il est important de préciser que le commissaire a déclaré ces mots avant que le Premier ministre australien n’évoque le cas de “terrorisme”.

Par ailleurs, des agents ont également pu écarter la menace de bombes artisanales placées sur des véhicules qui stationnaient dans la ville de Christchurch.

Pour éviter le pire, des mesures ont été décrétées au Nouvelle-Zélande. Parmi elles, les élèves ont été privés de sortie de leurs écoles pendant un temps. Les citoyens locaux ont aussi été déconseillés de se rendre dans une mosquée dans les prochaines heures.

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a qualifié ce vendredi comme “l’un des jours les plus sombres” de son pays.

Une voiture de police vers le lieu de l’attentat – Photo d’illustration :Free-Photos de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *