Jeudi 3 janvier, la Chine est parvenue à poser un engin spatial sur la face cachée le la Lune, une réalisation jamais faite auparavant.

Malgré un relief accidenté de la face cachée de la Lune, la Chine a réussi un alunissage sur cette zone. Cette réalisation du 3 janvier 2019 est la première dans toute l’histoire de l’exploration lunaire.

Selon le rapport de l’agence Chine nouvelle, le module d’exploration Chang’e-4 a atterri sur la Lune avec succès à 2h 26 GMT. De l’autre côté, la télévision publique CCTV a rapporté que le module a envoyé une photo de la surface lunaire à Queqiao, un satellite en orbite autour de la Lune. Il est à noter que le module a quitté la Terre le 8 décembre 2018.

La face visible de la Lune a été toujours le terrain idéal pour se poser sur ce satellite naturel de la Terre. Les surfaces y sont planes. Cependant, sur la face cachée, aucun module n’est encore parvenu à y atterrir à cause d’innombrables cratères et de la surface accidentée qui la caractérisent, jusqu’à aujourd’hui.

Etudes lunaires

Pour servir de relais entre le module lunaire et la Terre, la Chine a lancé le satellite Queqiao (“Le Pont de la pie”) en mai 2018. En effet, la communication avec le module lunaire a été un vrai défi. Le lancement d’un satellite relais s’imposait alors comme une solution incontournable pour permettre la transmission des signaux entre la Terre et la face cachée de la Lune.

Ainsi, Queqiao est en orbite autour de la Lune pour transmettre les données entre la Terre et le module. Les missions de l’engin lunaire sont entre autres la réalisation d’études sur les ressources en minéraux, la culture des tomates ou d’autres plantes et les basses fréquences radio.

En dehors de cet engin envoyé sur la Lune, la Chine a déjà lancé Yutu (Lapin de jade) en 2013. L’explorateur lunaire a été actif pendant 31 mois.