La session du baccalauréat en Algérie s’est déroulée le 20 juin de cette année. Le gouvernement d’Algérie n’a pas manqué à imposer une mesure extrême à l’occasion de cet examen.

La mesure consiste à couper l’internet sur tout le territoire algérien entre le 20 et 25 juin dernier, soit les jours de l’examen. Coupure effectuée à chaque période de séance, à savoir 8h30 jusqu’à 9h30 et 11h30 jusqu’à 12h30, avec l’aide de l’opérateur téléphonique algérien Algérie Télécom.

Un antécédent de fraude en ligne

Pour rappel, ce pays a connu une fuite massive de sujet d’examen via les réseaux sociaux en 2016. Et par conséquent a pris une mesure radicale pour bloquer Facebook pendant les sessions 2017 pour anticiper les problèmes similaires. Cette année, ils sont encore allés plus loin en coupant tout simplement l’internet.

Encore plus loin

Tous les appareils avec une connexion internet ont été bannis des centres d’examen, tant ceux des étudiants et ceux des professeurs et examinateurs. Toute tablette, téléphones, et tout autre appareil électronique se voient donc confisqués durant les épreuves.

Et pour que les autorités algériennes soient pleinement sûres de l’inexistence de la tricherie via l’électronique, un détecteur de métaux a été mis en place. Ainsi qu’un brouilleur de communication dans l’imprimerie de sujet pour éviter toute fuite.