Implémenté sur le site de Ranobe à Toliara, “Base Toliara” pourvoira plus de 3.000 emplois dans la Grande-île.

A Madagascar, le secteur minier est en plein essor. Outre les grands projets miniers déjà installés dans le pays, le projet “Base Toliara” prendra également une grande envergure tant dans les infrastructures que dans les investissements.

Pour ce projet d’extraction d’ilménite, de zircon et de rutile dans le Sud du pays, son directeur général Jean Bruno Ramahefarivo en a expliqué l’importance à la presse. Il a ainsi affirmé que ce projet minier est un levier de développement et “un projet phare pour l’émergence de Madagascar”.

Investissement financier et social

L’investissement consacré par les promoteurs à ce projet minier est de l’ordre de 560 millions USD. Une bonne partie de ce fonds sera pour la phase construction des infrastructures, à mettre au point avant l’année 2020.

Il est à noter que le projet sera installé sur le site de Ranobe, à 50 km au nord de Toliara. En outre, Jean Bruno Ramahefarivo a exposé les chiffres sur les emplois générés par “Base Toliara”. Pour la phase construction, 3.900 emplois seront créés entre 2020 et 2021. Les opérations d’extractions d’ilménite, de zircon et de rutile débuteront fin 2021. Par la suite, 2.200 emplois indirects seront générés à travers la chaîne d’approvisionnement du projet.

Entre-temps, “Base Toliara” s’investit dans la formation de main-d’œuvre qualifiée. Environ 5.500 jeunes bénéficieront de cette formation gratuite. On peut trouver entre autres des formations pour électriciens, conducteurs d’engins, maçons ou bien soudeurs. Les jeunes vont aussi pouvoir suivre des stages pratiques au sein de l’entreprise.

De plus, pour la population locale, “Base Toliara” a déjà investi une somme importante et continue dans sa démarche. En tout, 1,4 milliard d’Ariary est prévu pour ses investissements sociaux. Des appuis de la population dans le domaine de santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’environnement et la sécurité alimentaire.

Enfin, “Base Toliara” veut produire, chaque année à la phase de croisière, 806.000 tonnes d’ilménite, de 54.000 tonnes de zircon et 8.000 tonnes de rutiles.

Crédit photo : photo fournie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *